Zêdess

Zongo Seydou, alias Zêdess, a enregistré son premier titre en 1990, pour le deuxième album de l'Orchestre de l'Université de Ouagadougou (OUO). Mais c'est en 92, avec sa première cassette intitulée Y'a plus de boulot, qu'il va vraiment faire parler de lui. Zêdess y raconte la galère des jeunes burkinabés, et il fait mouche ; c'est le début d'une ouverture au Burkina, les radios fleurissent sur la bande FM, les journaux satiriques apparaissent dans les kiosques, et Zêdess s'engouffre dans la brèche…
En 1995, il récidive avec un album beaucoup plus ambitieux. Embouteillage, enregistré à Abidjan. Il continue à raconter avec humour la vie ouagalaise et à dénoncer les vices des sociétés africaines. Il devient le chanteur le plus populaire du pays, et fait même en 96 une tournée à guichets fermés dans toutes les grandes villes du Burkina. Pour la jeunesse, il incarne une nouvelle génération de musicien, et un espoir. Il ouvre également les portes des grandes radios internationales qui diffusent sur le continent, et sa popularité commence à dépasser les frontières du Burkina.
La musique de Zêdess allie le reggae, avec son langage international, au folklore burkinabé et ses rythmes traditionnels warba ou wiré. Ce mélange lui permet de toucher le public le plus vaste : les jeunes, amateurs de reggae et les plus anciens.
La langue a aussi pour Zêdess beaucoup d'importance : s'il a choisi le français, c'est aussi pour élargie son public. Ce sont ses textes qui sont la première raison de son succès ; textes dans lesquels les Burkinabés reconnaissent leur quotidien (que Zêdess connaît bien), les problèmes de fin de mois, les bagarres avec une administration tatillonne, les amours compliqués… Pour raconter leur histoire, il mêle l'humour à son sens de l'observation ; tout à tour satirique et moralisateur, Zêdess croit au rôle du chanteur pour transformer patiemment la société dans laquelle il vit.

Laissez-nous vos commentaires !

Laissez-nous vos impressions, remarques, suggestions pour améliorer le nouveau site Sudplanète. N'hésitez surtout pas à nous rapporter les éventuels bugs que vous pourriez croiser.

Partenaires

  • Arterial network
  • Media, Sports and Entertainment Group (MSE)
  • Gens de la Caraïbe
  • Groupe 30 Afrique
  • Alliance Française VANUATU
  • PACIFIC ARTS ALLIANCE
  • FURTHER ARTS
  • Zimbabwe : Culture Fund Of Zimbabwe Trust
  • RDC : Groupe TACCEMS
  • Rwanda : Positive Production
  • Togo : Kadam Kadam
  • Niger : ONG Culture Art Humanité
  • Collectif 2004 Images
  • Africultures Burkina-Faso
  • Bénincultures / Editions Plurielles
  • Africiné
  • Afrilivres

Avec le soutien de